Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Combattants



Bruce Lee

Mohammed Ali



Benny Urquidez

Bas Rutten

Rickson Gracie


Rob Kaman

Rechercher

A propos

 

tri

 

 

Pratiquant et passionné par les arts martiaux sans frontières de styles, j'ai décidé de créer ce blog pour partager ma vision et ma perception du JKD.
Cela fait maintenant plus de 15 ans que je m’entraîne à un rythme régulier, alternant exercices physiques, pratiques,  mais également théoriques. Issu de courants divers, j’ai été très tôt attiré par l’esprit d’ouverture de ce concept ou la capacité humaine est d’avantage mise en avant au détriment du « style ».

Le JKD a pour objectif l’élévation du pratiquant, tant sur le plan physique que mental et peut etre par la même occasion un outil dans la réussite sociale. La perpétuelle remise en question de soi-même étant une des préoccupations majeures  de Bruce Lee

J’espère que ce site pourra vous guider ou vous apporter plus de lumière sur une dérivée possible.
Pour ma part et au risque de répéter et de plagier son auteur, c’est également grâce au JKD  et à sa pratique que j’ai pu construire ma vie et mon parcours professionnel actuel.

Ce site est donc en quelque sorte un hommage à ce génie du combat et à son héritage



Man Kin
mankin.tran@gmail.com

 

Archives

26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 15:54

Comment doit être vécu la pratique d’un art martial ? Une passion, un loisir, une vocation, un passe-temps ? Lorsque des collègues de bureau viennent me voir me demandant ce que j’ai fait ce week-end – début d’une discussion en somme classique – je leur réponds que je l’ai passé à « m’entrainer » puis en fonction de la réaction, je rentre ou non dans une discussion ou un cycle ou je leur explique très brièvement le contenu de mon entrainement.

Devant la popularisation de cet art, il n’est pas rare que certains de mes interlocuteurs soient également des pratiquants. « Moi je fais de la boxe thai ! » me déclarent-ils « Je m’entraine dans un club pas loin de chez moi». Cependant en creusant d’avantage je m’aperçois que finalement la majorité des gens vont s’entrainer dans un club mais se déconnectent totalement une fois les pieds dehors.
C’est à ce moment précis que je me demande : qu’est-ce que s’entrainer à un rythme suffisant ? Est-il important ou possible de comptabiliser les heures d’entrainements ? Un amoureux de la littérature va-t-il se réserver tel créneau pas plus pas moins pour lire ses œuvres.
Il est vrai que je suis un cas assez atypique car  j’ai une vision très « old school » des arts martiaux. Pour moi on ne pratique pas mais on vit un art martial. C’est une des raisons pour laquelle que je dissocie le côté sportif et compétition qui impliquent et imposent un âge limite. Un art martial  est une voie qui permet l’épanouissement de l’individu dans la société. Son coté martial permets de se défendre de manière pragmatique en cas d’agression. Par conséquent, il est insensé de vouloir compter les heures et de se limiter à un environnement (club ou non club).
Un pratiquant doit aller s’entrainer dès qu’il le peut ; en combinant tout de fois avec ses autres priorités de la vie comme par exemple la famille, ses amis pour le coté social, son travail pour le côté matériel, et d'autres éléments en fonction de chacun …. Ce tout doit être gérer de manière équitable, à la façon d’un yin yang mais à plusieurs facettes. Pour cela, le véritable pratiquant doit être un fanatique ! De manière similaire, il n’est pas obligatoire d’aller dans une église, une pagode ou à l’autre bout de la planète pour pouvoir prier si nous avons la foi.
A croire que l’être humain recherchera toujours des prétextes pour paresser et dans la foulée se donner bonne conscience.
 

De nos jours, un entrainement va simplement nécessiter une paire de chaussures et hop : jogging, shadow boxing, étirement, etc … ou soit on appelle un ami et on teste des coups.
Pas plus tard que le week-end dernier, j’ai passé 1h sous la pluie et dans la pénombre – car au milieu d’un bois – pour répéter inlassablement mes coups. On n’en finit jamais car le corps humain évolue et les muscles doivent être entretenus en permanence. Mais c’est surtout durant ces moments que l’on sait au plus profond de soi même si on est fait pour vivre avec et pour les arts martiaux.

Partager cet article

Repost 0

commentaires